Sélectionner une page

Communiqué de Christophe Versini, chargé de mission du Rassemblement national des Hauts-de-Seine

Les actes de violence qui accompagnent les blocages des lycées altoséquanais sont inadmissibles !

 

Depuis hier, mardi 4 décembre, plusieurs lycées des Hauts-de-Seine sont bloqués. Des blocages accompagnés d’actes de violence aussi inadmissibles que condamnables.

Si certaines revendications lycéennes sont légitimes (refonte du système d’orientation Parcoursup, de meilleures conditions de travail), les lycéens n’ont pas à se laisser manipuler par des syndicats et des mouvements politisés à gauche. Ces organisations, telles que l’UNL ou la FIDL n’ont qu’un seul but : bloquer les lycées, empêcher les lycéens d’y étudier normalement en les transformant en des apprentis révolutionnaires. Des syndicats et des mouvements lycéens qui ont, du reste, largement participé à l’élection d’Emmanuel Macron en appelant à faire barrage à Marine Le Pen au second tour de l’élection présidentielle.

La place des lycéens est en cours et non à l’extérieur des établissements scolaires. Avant de vouloir changer le monde, ils se doivent d’apprendre à le connaître, à l’analyser, ce que pense une majorité d’entre eux qui souhaite pouvoir étudier sereinement. Leurs futurs engagements en sortiront grandis.