Sélectionner une page

Armistice de 1918

Il y a cent ans, le onze novembre 1918, à onze heures, les cloches sonnaient pour annoncer
l’armistice qui mettait fin au sacrifice de millions de Français morts pour défendre leur patrie.

Cette Première Guerre mondiale endeuilla presque toutes les familles françaises : 1,4 millions de soldats déclarés « morts pour la France », 600 000 veuves de guerre et presque un million d’orphelins devenus « pupilles de la Nation ».

Animé d’un réel amour pour la France, le Poilu a fait son devoir, au nom d’un patriotisme consenti.
Malgré la lassitude et le désespoir, il a tenu, encadré par des officiers exemplaires qui se sont battus auprès d’eux en montant à l’assaut sans s’épargner. Hélas, ce conflit qui devait être court s’est vite enlisé dans une guerre de tranchées. Aucune famille n’a été épargnée par cette guerre qui a profondément marqué les hommes, la terre et les mentalités.

La ligne de front s’est étirée sur sept cents kilomètres, de la mer du Nord à la Suisse. On estime à
1 455 millions d’obus tirés dans cette zone dont un tiers d’entre eux n’a pas explosé. Cent ans après,
une centaine de démineurs travaille à temps complet pour retirer ces munitions de 1914-1918 qui
refont régulièrement surface à l’occasion du travail des champs, lors de chantiers ou de trouvailles
de promeneurs. En 2010, année record, 180 tonnes de munitions non explosées et encore
dangereuses datant de la première Guerre mondiale, ont été recueillies.

A Courbevoie l’exposition « Ils ont fait leur devoir » commémore la fin de ce conflit, ainsi que
d’autres projets départementaux et nationaux.

Nous honorons particulièrement l’alliance franco-russe : nous n’oublions pas l’effort de guerre de la Russie qui envoya en 1916 un corps expéditionnaire pour renforcer nos armées françaises en difficulté sur le front de Champagne. Leurs pertes seront lourdes et leur bravoure au combat sera récompensée par des médailles à la fois russes et françaises. Notons que notre ville possède un musée unique : celui des Cosaques de la garde impériale, constitué de collections antérieures à la révolution bolchevique.

Même si maintenant tous nos poilus ont disparu, les commémorations de la Première Guerre mondiale rendent hommage à leur courage et rappellent le sang versé par nos aïeux pour défendre notre pays durant cinquante et un mois.

Floriane Deniau, conseillère municipale
courbevoie.2018@zemel.eu
Tel : 06 51 73 26 85

Share This