Sélectionner une page

Pour la première fois dans l’histoire de notre planète, l’Homme serait seul responsable de la sixième extinction de masse concernant la disparition d’une espèce sur huit d’oiseaux ! La dégradation et la perte de leur habitat sont directement causées par les activités humaines : agriculture intensive, pesticides, pollution, urbanisme…

En France, le volume global d’oiseaux a diminué d’environ 40 % en quarante ans. A Paris, 75 % des moineaux ont déjà disparu depuis 2003 ! Cet effondrement quantitatif n’est pourtant pas une fatalité : la situation est encore réversible si nous modifions nos habitudes, responsables de ce bilan.

En ville, la rénovation urbaine ainsi que les efforts d’isolation énergétique menacent les sites de nidification. En effet, les moineaux nichent naturellement dans les creux et les interstices des immeubles. Or nos habitations sont devenues pour eux inaccessibles. Pour vivre, des espaces verts dépourvus de produits chimiques leur sont indispensables. Ils se contentent de quelques arbres et de végétations basses, pourvu qu’ils trouvent aussi assez de nourriture, d’eau et d’abris.

A Courbevoie, protégeons nos oiseaux dès cet automne et durant l’hiver. Nous pouvons les nourrir en installant en hauteur de simples petites mangeoires approvisionnées régulièrement. Un balcon, une terrasse, une cour ou un bord de fenêtre leur conviennent très bien.

En été, les moineaux sont insectivores et ils deviennent granivores en hiver. De mi-novembre à mi-mars ou lors des gros froids, suspendons-leur des boules de graisse au bout d’une ficelle,  mélangées avec diverses graines (maïs, tournesol…), des noix brisées… En nourrissant ainsi à peu de frais nos oiseaux, nous favorisons leur survie tout en profitant de leurs charmantes visites.

En ville, le maintien d’un minimum de biodiversité nécessite de ménager les éléments de la nature et de limiter le minéral.

Tribune libre de Floriane DENIAU,
Conseillère municipale RN de Courbevoie

Share This